Blog

Trois mois de prison ferme requis contre l’artiste M. CHAT

23 septembre 2016 par Thoma

LE MONDE | 22.09.2016 à 17h13 • Mis à jour le 23.09.2016 à 12h43 | Par Emmanuelle Jardonnet

Un chat, quatre roses et un oiseau. Cet ensemble de dessins réalisés au marqueur sur un support de la SNCF, destiné à être recouvert, n’aura été visible que quelques heures par les voyageurs de la gare du Nord, à Paris. Mais il pourrait coûter la prison à son auteur, M. CHAT, alias Thoma Vuille, 39 ans.
Cela fait presque vingt ans, déjà, que ses chats jaune d’or adressent de grands sourires dans l’espace public sans demander, en général, de permission pour le faire. Depuis le 15 septembre, le créateur du facétieux animal, lui, ne sourit plus du tout. Lors d’un procès resté confidentiel devant la 29e chambre correctionnelle de Paris, le procureur de la République a en effet requis à son encontre trois mois de détention ferme pour « récidive » dans le cadre de « dégradations » à la SNCF.

(lire l'article : http://www.lemonde.fr/arts/article/2014/12/31/sur-les-traces-de-m-chat_4548123_1655012.html )

Il y a deux ans, en octobre 2014, la RATP, cette fois, lui avait fait un procès qui avait tourné court. Elle réclamait au graffeur 1 800 euros de dommages et intérêts pour des chats peints dans un couloir de la station Châtelet sur un mur sur le point d’être recouvert de carrelage. Son avocate avait soulevé la nullité de la convocation pour des irrégularités dans la formulation des poursuites, et l’affaire, qui n’avait pas été tranchée sur le fond, avait été abandonnée.

(lire l'article : http://www.lemonde.fr/arts/article/2014/10/29/les-poursuites-contre-l-artiste-m-chat-annulees_4514511_1655012.html )

« Je me suis fait avoir »
Que s’est-il passé depuis ? En septembre 2015, alors qu’il effectuait une correspondance entre un métro et un RER à la gare du Nord, Thoma Vuille a pu constater que la station regorgeait d’œuvres de street art, à la suite de l’opération Quai 36 organisée par la SNCF. « Je me suis dit, tiens, bonne nouvelle, les choses bougent, raconte-t-il. Puis en attendant mon train, je vois ce support blanc, destiné à être recouvert d’un habillage, ça a été plus fort que moi. »

Quelques mois plus tard, début 2016, il reçoit une amende de 300 euros pour d’autres petits dessins, réalisés sur des pubs dans le métro. Si le retentissement du procès avorté de 2014 lui avait apporté de nombreux soutiens (tant de la part de fans anonymes que d’élus), il avait aussi créé de l’animosité dans le milieu du graffiti. « Certains m’ont dit : “Assume au lieu de pleurer, nous, quand on se fait attraper, on paye, on va en prison.” Bref, je suis passé pour le fayot de service pour avoir seulement voulu me défendre, confie l’artiste. Car je ne considère pas que je dégrade les murs sur lesquels j’interviens. » Ces réflexions l’ont conduit à infléchir sa position : « Pour ne pas faire d’histoires, plutôt que de nier ou de contester la notion de dégradation, j’ai préféré reconnaître ma culpabilité pour cette amende. Mais jouer le jeu m’aura emmené plus loin, puisque c’est sur cette amende que repose in fine l’accusation légale de récidive. »
Au printemps, lorsqu’il est convoqué par la brigade anti-tag pour le dessin de la gare du Nord, il opte à nouveau pour des aveux. « L’inspecteur m’a assuré que je n’encourais qu’un rappel à la loi, je lui ai fait confiance et signé la déposition. Quand j’ai finalement reçu une convocation devant le tribunal correctionnel pour “récidive”, juste avant l’été, j’ai compris que je m’étais fait avoir. »


« Je suis peut-être un peu naïf »
L’artiste ne se considère pas comme un vandale. « Je n’ai pas une démarche de rebelle, je ne suis pas en guerre ni en conquête de territoire. Je suis au contraire quelqu’un de bienveillant, et mon geste est positif : mes chats sourient aux passants, aux usagers. Je suis juste un humain qui a envie d’exprimer son humanité aux autres humains dans des endroits inattendus, et on fait de moi un criminel. Je suis peut-être un peu naïf, mais je reste persuadé que peindre sur un mur n’est pas un délit passible de prison. »
Il dénonce « un excès de zèle de la part des inspecteurs et une virulence incompréhensible de la part du procureur » d’autant plus étonnants que lors du procès, la SNCF n’était pas représentée, et n’a formulé aucune demande de dommages et intérêts en plus de l’amende.
« Même lorsque je dessine un chat sur une pub, dans le fond, ce petit détournement fait que les gens regardent, prennent des photos, les partagent, je ne fais de mal à personne ! » Pour son avocate, Me Agnès Tricoire, « la nature particulière de ses œuvres doit être prise en considération : les dessins de mon client, comme ceux de Keith Haring dans le métro new-yorkais dans les années 1980, sont plus des cadeaux dans des univers tristes que des dégradations ». Elle juge « la réquisition du procureur d’une dureté incroyable ».
L’artiste avoue être « un peu paumé » dans cette affaire. A ceux qui le soupçonnent de simplement vouloir « faire du buzz », comme lors du procès de 2014, il répond : « Je n’ai pas besoin de ça pour vivre de mon travail, ça n’ajoute rien, et ça me coûte cher en frais d’avocat ! Je communique aujourd’hui sur ce procès parce que cette question de prison me choque en tant que citoyen, et je pense que ça peut interpeller les autres citoyens. »
L’avocate a une nouvelle fois fait valoir la nullité de la procédure. « La poursuite était rédigée de façon aussi calamiteuse que lors du précédent procès, puisqu’à nouveau, ce ne sont pas les bons articles du code qui sont visés. » Le 13 octobre, le tribunal tranchera sur cette question comme sur le fond.

Emmanuelle Jardonnet
Journaliste au Monde

 

Monsieur Chat menacé de prison “pour un petit dessin sur un mur de la Gare du Nord”

23 septembre 2016 par Thoma

22/09/2016 | 17h49

 

Le street artist Thoma Vuille, plus connu sous le nom de Monsieur Chat, encourt trois mois de prison ferme pour dégradation. A cause d’un chat dessiné sur un mur de la Gare du Nord, destiné à être recouvert. Interview.


Est-ce que tu peux nous expliquer tes derniers démêlés avec la justice ?

Monsieur Chat – J’ai peint en septembre 2015 un petit dessin sur le mur d’un quai de la Gare du Nord, qui me paraissait mal entretenu, je me suis dit qu’il était destiné à être refait. J’ai été convoqué par la police et j’ai reconnu que j’avais peint ce chat. Ils m’avaient dit que j’allais m’en tirer avec un simple rappel à la loi, j’ai signé une feuille sans trop faire gaffe à ce que c’était. Il s’agissait en fait d’une convocation au tribunal correctionnel pour récidive pénale.

Ils m’attaquent pour une dégradation sauf que je ne l’ai pas fait pour dégrader, au contraire, j’ai choisi ce mur pour son caractère éphémère. On a essayé avec mon avocate de montrer que l’infraction n’avait pas de fondement juridique valable. La plainte n’a pas lieu d’être, aucun dommage n’a été causé puisque le support était provisoire. J’ai été convoqué le 15 septembre et le procureur a requis trois mois de prison ferme, je mérite pas ça.

Ils demandent une peine aussi lourde car comme j’ai déjà eu des amendes ils considèrent qu’il y a récidive. En plus la SNCF n’était même pas présente à l’audience, je crois que le procureur veut vraiment me charger en demandant de la prison ferme juste pour avoir dessiné un chat. Il a d’ailleurs bien fait comprendre qu’il voulait me punir en disant “il ira dessiner dans sa chambre, ça lui apprendra à peindre sans autorisation“.

Qu’est-ce que tu penses de cette décision ?

Je suis mal car je ne sais pas ce qui va se passer. Je suis entre les mains de la justice. Le délibéré sera rendu le 23 octobre. On m’a conseillé de commencer à en parler car c’est pas normal ce qui se passe. Certains disent que je suis un bobo favorisé et que je n’ai pas à me plaindre, des gens du milieu (du street art) me disent qu’ils ont déjà eu des amendes ou sont déjà allé en tôle et que c’est le risque. Moi, ça me choque que pour un dessin on aille en prison.

Avant cette affaire, pourquoi avais-tu été condamné ?

Il y a deux ans, la station Châtelet était en travaux pendant plusieurs mois, il refaisaient les murs et avaient donc enlevé le carrelage. Je me suis permis de dessiner librement dessus car je savais que ça allait être recouvert. J’ai pris ça comme un support d’expression parce que je pensais que ça ne gênait personne. La RATP n’a pas aimé, ils ne sont pas très street art. Déjà à l’époque la SNCF a voulu joindre une plainte au dossier pour qu’ils puissent me charger à deux. Pour la SNCF, tu peins pas dans les couloirs et dans les gares, même sur des endroits qui vont être recouverts.

Qu’est ce que t’inspirent ces condamnations ?

J’ai conscience que tu peux pas te permettre de choisir un mur comme ça dans la rue et “l’agresser” en prenant le droit de faire n’importe quoi dessus. Tu ne peux pas dessiner au détriment d’un bien public si t’amènes pas un message ou si t’enjolives pas l’endroit.

Tu penses apporter quoi avec tes chats ?

Déjà je suis post graffiti, je fais un vrai dessin. Pour moi c’est un petit clin d’œil, le grain de sel de la journée. C’est un symbole de bonne humeur. Quand Chris Marker (le cinéaste) a fait son film Chats perchés, c’est parce qu’il a vu ce chat sur les murs de Paris après le 11 septembre. Il s’est dit c’est cool, on continue à vivre et il y a un allumé qui met un sourire sur la ville. Je vais pas dire que je suis un artiste mais en tout cas je suis un rêveur et là, c’est comme si la SNCF et le procureur me disaient “dégage connard”.

Tu vas continuer ?

Oui, je m’obstine. Quand je vois une brèche, un petit coin pourri abandonné, un mur qui va être retapé, je mets mon clin d’œil dedans. Et en plus, je suis très con, à chaque fois qu’on me condamne je reconnais les trucs alors même qu’il n’y a ni interpellation ni flagrant délit. Je considère que c’est pas de la dégradation. On a beau me dire qu’un je fais un truc de bobo un peu kawaï, il y a un vrai problème. Il n’y a plus d’espace d’expression dans les espaces publics. Où est l’individu la dedans ? Il existe ? Il y a une systématisation des prunes et je suis pas d’accord. C’est débile. Peindre dans la rue c’est créer du lien social, c’est ça la culture. Mon chat, il parle à tout le monde.

Tu dois beaucoup à Chris Marker ?

Chris Marker a fait son film (Chats Perchés) en 2004, il voulait comprendre les années 2000, la globalisation et il a senti arriver le mouvement street art avec entre autre Banksy. Le chat représente un symbole de résistance et d’utopie. Il m’a fait rentrer à Pompidou, on a fait la couverture de Libération et il m’a ouvert son réseau. Il m’a mis le pied à l’étrier quand j’avais entre 22 et 24 ans. C’est grâce à lui que je suis arrivé dans la cour des grands et que j’ai pu faire le tour du monde quatre fois.

Grâce à lui, j’ai aussi arrêté de dessiner dans la rue en douce. En 2007, j’en ai eu marre de peindre discrètement. Alors que je peignais à Orléans, les flics sont venus et je leur ai dit “j’arrête pas, c’est vous qui m’arrêtez. Je dessine à l’international, je suis pas un petit délinquant, je n’ai plus à me cacher“. Depuis je bosse aussi en faisant des tableaux mais je m’ennuie à faire de la peinture bourgeoise dans mon atelier, j’ai besoin d’aller peindre dans la rue et que les gens m’alpaguent. C’est comme le live en musique, t’as besoin du contact avec le public. Ce que je n’ai pas dans un atelier.

Propos recueillis par Anne-Charlotte Dancourt

http://www.lesinrocks.com/2016/09/22/actualite/monsieur-chat-menace-de-prison-petit-dessin-mur-de-gare-nord-11865947/

 

2016 M.CHAT EN PRISON ?

23 septembre 2016 par Thoma

 

Le Parisien.fr : http://www.leparisien.fr/paris-75/street-art-monsieur-chat-menace-de-prison-ferme-21-09-2016-6138353.php

Médiapart: https://blogs.mediapart.fr/pol/blog/200916/monsieur-chat-en-prison

Konbini: http://www.konbini.com/fr/inspiration-2/monsieur-chat-risque-de-prison-ferme-degradations/


Les Inrocks: http://www.lesinrocks.com/2016/09/22/actualite/monsieur-chat-menace-de-prison-petit-dessin-mur-de-gare-nord-11865947/

Le Monde : http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/09/22/trois-mois-de-prison-ferme-requis-contre-l-artiste-m-chat_5002028_1655012.html

20 Minutes: http://www.20minutes.fr/paris/1928659-20160921-paris-street-artiste-monsieur-chat-menace-prison-ferme-chat-dessine-gare-nord

Politis: http://www.politis.fr/articles/2016/09/m-chat-derriere-les-barreaux-35420/

GQ: http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/news/articles/monsieur-chat-risque-trois-mois-de-prison-ferme-pour-degradation-/46345

BFM TV: http://people.bfmtv.com/actualite-people/le-street-artiste-monsieur-chat-ira-t-il-en-prison-1039531.html

L'Express: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/trois-mois-de-prison-requis-contre-un-artiste-de-street-art-face-a-la-sncf_1832818.html

 

Tuxboard: http://www.tuxboard.com/monsieur-chat-prison-ferme/

Artistic Rezo: http://www.artistikrezo.com/2016092123086/actualites/art/monsieur-chat-en-prison-street-art.html

Street Art Avenue: http://www.street-art-avenue.com/actus/2016/09/21/2040-monsieur-chat-gare-du-nord-mettre-street-artistes-prison

All City Blog: http://www.allcityblog.fr/111269-prison-ferme-pour-m-chat/

France Bleu Orléans: https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-case-prison-pour-monsieur-chat-1474473120

Orange : http://actu.orange.fr/france/street-art-monsieur-chat-menace-de-prison-ferme-leparisien-CNT000000u2nna.html

Libé : http://www.liberation.fr/direct/element/_47935/

BioHackerSpace 226 rue St Denis nuit blanche 2014

6 octobre 2014 par Thoma

c'était ce week end photographies a venir...

Pétition de soutien : www.change.org/monsieurchat

5 octobre 2014 par Thoma

Demandons le retrait de la plainte de la RATP à l’encontre de Thoma Vuille, alias Monsieur CHAT ( http://www.monsieurchat.fr/ )

« Les gens qui disent que mon graffiti est sale ne prennent jamais le métro. »

-Thoma Vuille

 

Adressée à : RATP
Demandons le retrait de la plainte de la RATP à l’encontre de Thoma Vuille, alias Monsieur CHAT

 

Pétition adressée à : 
RATP 
Service presse RATP 
Nous vous demandons de retirer votre plainte à l’encontre de Thoma Vuille, alias Monsieur CHAT, pour avoir égayé les couloirs EN TRAVAUX de la station de métro "Châtelet".

Cordialement, 
[Votre nom]

 

http://www.change.org/p/demandons-le-retrait-de-la-plainte-de-la-ratp-à-l-encontre-de-thoma-vuille-alias-monsieur-chat